Salut à tous,
J’ai pu assisté à l’avant du film le Jeudi 24 Janvier au centre commercial: La belle Épine à Thiais. Prévu en France le 13 mars 2019, le vingtième film de la licence mérite-t-il d’être vu au cinéma?
L’histoire se déroule après le tournois du pouvoir. Goku et Vegeta s’entraînent toujours autant en espérant affronter de futurs adversaires plus fort les uns que les autres. Pendant ce temps là, l’armée de Freezer arrive à s’emparer des Dragon Balls pour réaliser le vœu de leur maître, qui suite à sa défaite dans le précédent film, cherche de nouvelles recrues pour renforcer son armée et prendre sa revanche. Pour au final retrouver 2 saiyans exilés qui l’aideront dans sa quête de vengeance.

Pas de gros spoils, Je va rester dans les grandes lignes, cependant j’estime néanmoins que vous avez vu les 4 premiers trailers.

Le film se déroule en 3 actes:
– La planète Vegeta il y a 41 ans avant  les derniers événements de Dragon ball Super
-Retour au présent, introduction et développement de l’histoire et des personnages en attendant la suite.
-Les combats

La (seule) chose parfaite et qui mettra tout le monde d’accord c’est l’animation, une farandole d’action sous une tonne d’effets spectaculaires. Elle met au tapis les anciens films et la série Super, rien de surprenant mais même sans ça, on en prend plein la vue tellement la qualité est là.

Pour le moyen: Les dessins en dent de scie, on passe d’un dessinateur à l’autre avec chacun son propre style et ça se voit. Pas forcément désagréable, dans certains moments, mais je trouves que cela peut en gâcher d’autres.
La 3D, pareil que les dessins: On a des scènes incroyables, de la 3d discrète, pas gênante, mais qui est vraiment mal gérée. Au point que des moments « clés » sont totalement ratés.

Pour le seul point faible du film qui l’empêche de gagner haut la main le titre du meilleur film Dragon Ball pour moi c’est le rythme, trop rapide, trop long, trop court,… Tant d’adjectif qui décrivent la maladresse du scénario.

Le but étant d’introduire le personnage de Broly dans le monde de Goku et ses amis en 1h40 en faisant exploser la rétine des spectateurs. Du coup on sent vraiment des creux dans le film. 15min en plus ne serait pas de refus pour combler le problème de rythme du film.

final.mp4_snapshot_00.16_2018.11.08_00.18.07.jpg

Broly version Dragon Ball Super à son arrivé sur Terre.

A savoir que ce film est canon à l’histoire de base (c’est à dire officielle qui suit la chronologie du manga papier). En effet l’histoire reboot donc le téléfilm: Le père de Son goku et l’oav 8 Broly. Ne pensez pas voir de Kakarotto bébé envoyé sur terre ni la transformation du Super saiyan Légendaire (Transformation inventée par la  Toei pour justifié que Goku ne soi plus le seul super saiyan).

Bande

Personnages

Dragon-Ball-Super-Broly-Personnages-Film.jpg

De gauche à droite:
Beerus, Whis, Berryblue, Paragus, Broly, Goku, Vegeta, Bulma, Freezer, Piccolo, Lemo,  Kikono , Cheelay

Présentation des nouveaux personnages (léger spoils):

Berryblue: Très peu d’informations sur celle-ci, en plus d’être l’une des rares recrues féminine de l’armée, elle est présente depuis l’armée du Roi cold.

Paragus: Capitaine de l’armée du roi Végeta, il finira bloqué sur la planète Vampa en voulant sauver son fils, envoyé par ordre du Roi Végeta. Depuis il voue une haine envers celui-ci et sa famille.

Broly: De peur d’être plus fort que le Prince Végeta et qu’il puisse atteindre le Super Saiyan. Le Roi Végeta décida d’envoyé Broly encore enfant sur la planète Vampa, une planète hostile pour qu’il puisse y trouver la mort.

Lemo: Plutôt agé, Lemo s’occupe surtout des arrières, ce n’est pas un combattant mais il sera envoyé en mission de recrutement avec Cheelay.

Kikono: Comme Berryblue, il fait partie des plus anciens membres de l’armée de Freezer. On ne sait que peut de chose sur lui mise à part qu’il connait la formule pour invoquer Shenron.

Cheelay: Jeune femme n’ayant pas froid aux yeux, elle rejoint Freezer après avoir volé un vaisseau à la patrouille galactique. En duo avec Lemo ils seront les premiers à rencontrer Broly une fois adulte. Elle finira par s’attacher à lui par la suite.

Bande

Analyse en détail (Spoil)

La première partie donne des éclaircissement sur le DBverse pas forcément primordiaux mais malgré tout utile et très intéressant. On apprend notamment la retraite du Roi Cold pour que l’armée en son nom devienne l’armée de Freezer, on sait maintenant pourquoi son nom et son armée ne son jamais mentionné durant l’arc Namek. La vie des saiyans et pour la première fois montrée (de manière canon). Le film introduit donc Broly  et la raison pour laquelle il n’a jamais était découvert auparavant. Le second intérêt de ce flashback c’est de présenter Bardock le père de Goku. Guerrier avec de la compassion pour ses proches à l’inverse de sa première version plus méprisant, néanmoins sa rébellion apparaît tel un cheveux dans la soupe en plus d’être montré 10 secondes à l’écran à travers une dernière attaque de KI pour contrer l’attaque de Freezer.

mp4.mp4_snapshot_00.09_2018.10.04_17.07.31.jpg

On revoit  avec plaisir d’anciens antagonistes.

 

Retour dans la présent avec un petit échange simpa entre Goku et Vegeta dans sa tenue de l’arc Buu. Et encore une fois Bulma se fait voler les Dragon ball, qui est pour moi une facilité scénaristique redondant depuis les films Dragon Ball Z (super): Lorsque la bande à pilaf s’introduit dans la pièce aux récompenses dans le 1er film et non montré mais surement aussi dans le suivant . Là 2 sbires de faibles niveaux s’introduisent dans le laboratoire de Bulma sans qu’aucune alarme ne sonne  pour voler le Radar et 6 boules.
Goku, Vegeta, Bulma et Whis se rendent donc dans le continent Arctique pour empêcher Freezer d’obtenir son voeu, qui arrive sur terre accompagné de Broly et son père Paragus, retrouver par les nouveaux personnages que sont Lemo,  un vétéran faisant partie de l’arrière-garde de l’armée et Cheelay, une nouvelle recrue qui à voulu fuir la patrouille galactique spécialisée dans le vole.
On découvre aussi la relation de Paragus et son fils,  qui se sert de celui-ci comme une machine de guerre pour prendre sa revanche sur celui qui à causé son exil et qui n’hésite pas à utiliser sa télécommande pour contrôler ses excès de rage alors qu’a l’inverse le Broly respect profondément  son père.

On enchaîne ensuite sur l’arrivé et la rencontre des 4 saiyans, qui amener très rapidement à un Vegeta contre Broly, le prince dominera le combat contre un adversaire qui évoluera très vite au point de l’obliger à se transformer en super saiyan God pour gagner d’une facilité déconcertante.

Broly sous un coup de colère libérera alors sa puissance enfouie, une version humaine de l’Oozaru (singe géant) pour profiter de sa force sans perdre en mobilité.

1538668703-vegedream

Végeta à le droit à un bon traitement pour une fois.

Sous les cris impuissants de son père qui essayera de le raisonnait sans sa télécommande, prit discrètement et détruite par Cheelay auparavant.
Vegeta perdra vite l’avantage sans pour autant être K.O puis Goku prendra alors le relais. Vient alors un combat visuellement magnifique  mais un peut incohérent d’un Goku qui se défendra bien en forme de base ou en super saiyan avant de se faire totalement massacré lui aussi en état divin.
A travers une discussion mentale avec Piccolo, notre héros retrouve ses esprits et passe en Blue prenant petit à petit le dessus. Freezer va alors déclencher la transformation en super saiyan de Broly en tuant son père, perdant le peu de conscience qu’il lui restait. Dominant Goku et Vegeta qui ont alliaient leurs forces les obligeants à fuir, laissant Freezer servir de punching ball. Après 3 tentatives Vegeta apprendra alors la fusion métamol et ainsi naquit Gogeta prêt à en découvre pour le prochain round.
Pendant une dizaine de minute on verra alors Gogeta no match totalement son combat d’abords en super saiyan. Puis en super saiyan blue après avoir pris 2 coups d’un Broly en puissance max, dans un échange sous une autre dimension à cause des attaques des 2 personnages, rendant ainsi leurs 2 transformations presque inaperçu, avec peu de mise en scène ( là où chaque transformation avait son propre effet).
L’affrontement se terminera quand Cheelay demandera à Shenron de ramener un Broly prêt à disparaître sur la planète Vampas. Permettant à la série de le garder sous le coude pour l’avenir.

Bande

Ce premier vrai film Dragon ball Super (Battle of gods et Fukkatsu no F se passent dans Super mais son nommé Z) souffre de sa durée d’1h40 qui empêche d’approfondir les nouveaux personnages et l’univers étendus.
On aurait aimé voir une confrontation de Baddack contre Freezer et sa bande plutôt qu’une scène courte qui semble rajouté car on l’a oublié au montage et rendre cohérent la case où Freezer se rappelle du père du Goku sur Namek.
Une scène de flashback lors de la mort de Paragus pour renforcer l’amour  de Broly pour son père et en apprendre sur ces 2 personnages et leurs passés.
Quelques pauses pour développer l’histoire durant les scènes d’actions. L’inverse de ça c’est le tournois du pouvoir, où chaque combats étaient (très) entrecoupés par les spectateurs et Zen’o, ce qui cassait le rythme. Là on est dedans mais on ne souffle pas, le film et le dernier arc de Super sont donc pour moi 2 extrémités sans juste milieux.

Au final, malgré sa durée qui empêche de développer en détail certains aspect de l’histoire. Néanmoins, on passe un très bon moment devant le film et il est pour moi indispensable pour tout fan de la série d’aller le voir au cinéma, déjà pour encourager la diffusion de film d’animation japonais en France mais aussi pour profiter à fond de la qualité d’image et son qui à vraiment  été très travaillés, et puis quoi de mieux que de se retrouver dans une salle remplis de passionnés dans une ambiance de folie?

Publicités