Aujourd’hui,  j’ai envie de partager avec vous mon ressentis sur la mode d’aujourd’hui, que ça soit par ses défilés, sa mentalité, souvent surestimés? Ou la renommée de certaines marques en général…
Parlons donc, Les produits permettent-ils encore de définir  la gamme d’une marque? D’un côté  et de l’autre la marque et de l’autre la renommée, synonyme de bon goût et d’exemple à suivre?
Vous l’aurez compris, c’est double ration dans ces articles. Avec 2 sujets, qui pour moi se complètent et ont beaucoup de points communs: On surestime le prêt à porter car de nombreuses choses ont été banalisées.
J’ai remarqué ça dernièrement, et je voulais partager avec vous mon ressentit et pourquoi je pense cela.
Il convient que je vais quand même parler de manière générales, donc pas d’image modèles, de noms cités ou d’un événement en particulier. Cependant afin de donnés des exemples (neutres), je me permets de citer quelques enseignes. Mais dans les domaines abordés, beaucoup d’entreprises seront ciblés sans jamais être mentionnés même si cela reste facile à  deviner.

Bande

De nos jours, il y a pour moi 5 gammes de vêtements. Même si cela peut sembler absurde pour un pro du sujet, pour un amateur qui ne s’y connait pas énormément dans le domaine je classe cela ainsi:

-Premier prix (Tati, Primark,…)
-Bas/Entrée de gamme (Kyabi, Gémo, uniqlo, C&A,…)
-Milieu de gamme (Devred, Célio, Brice, Zara…)
-Haut de gamme (Sandro, The Kooples,…)
-Gamme luxe (Louis Vuitton, Dior,…)

Oui ça semble étonnant de voir des marques comme Brice ou encore Célio en Milieu de gamme, mais je vais expliquer tout ça. Je tiens à préciser que je prends quand même des enseignes avec de nombreux point de vente en France ou à travers le monde. Un petit producteur indépendant peut vendre des produits réellement « Milieu de gamme » à des prix plus haut que des  boutiques connues comme ceux cités notamment à cause de son stock plus limité.

Même si certains  produits d’entrée de gamme ont un prix quasiment ou équivalent d’une autre marque de la gamme au-dessus et très souvent, il s’agit d’un prix plus « élevé » que ce que cela devrait être. La faute à la banalisation des prix (Jean= x€ multiplié par Y enseignes = normal), (que ça soit dans n’importe quelle catégorie de magasin). Néanmoins je trouve qu’ils ont réussi à évoluer avec leurs temps. Que ça soit dans le fait d’apporter plus de détail à travers leurs vêtements, les motifs plus soignés, propres ou mieux imprimés, là où je trouves que le bas de gamme (note: beaucoup mélange le terme « bas » avec mauvaise qualité alors certes il y a moins de savoir-faire et de longévité, etc… mais on a quand même un produit correct) propose des trucs plus classique et simple, parfois avec un minimum de personnalisation d’où mon classement.

Bande

De nos jours, la mode s’entre mélange dans le mauvais sens du terme, particulièrement entre  des boutiques bas de gamme jusqu’au haut de gamme. J’ai l’étrange sensation que les marques basses de gammes, au final font de la moyenne gamme basse et qu’à l’inverse, les marques haut de gamme font de la moyenne gamme haute, en termes de qualité,etc. Car sur tout cet éventail de qualité, il y a eu plus qu’une simple normalisation de prix des habits, je parle bien sûr de la composition de ceux-ci.

Même si je suis friand des habits élastiques, souple ou disons sportwear, pour leurs conforts. Les matières synthétiques comme l’élasthanne ou le polyester qui sont les plus connus et utilisés sont parfois excessivement cher. Alors certes il y a souvent un savoir-faire dans la façon de coudre ou avec un style et une coupe géniale, mais on atteint parfois un prix entre 75 et 150% plus élevés que d’autres marques qui utilisent ces même matières (attention je ne vise pas de marques de sport en particulier, car à mon goût, ils ciblent une clientèle particulière et sont donc pour moi dans une gamme à part et personnelle).

J’aborderais ce sujet plus en détail dans la suite de l’article. Mais même si on peut saluer le travail effectué sur un vêtement, sa complexité, faire jouer la marque ou le styliste, il y a à mon sens une certaines limites à ne pas dépasser dans le prix. Même si parfois il faut recourir à ses matériaux pour obtenir le résultat désiré.

A avoir pris l’habitude de vivre entouré de prix plus excessif que ça ne devrait l’être, utiliser des matériaux qui ne sont pas considéré comme noble/naturel et les standardiser tandis qu’on le paie au prix de la soie, au final tout ce mélange. Là où à côté le bas de gamme a su évoluer et s’adapter pour proposer des vêtements plus travaillés, tendance et selon la mode du moment. Notamment dans divers petits rajouts et détails pour ne pas rendre le produit un peu moins brut, de choisir des dessins ou motifs imprimés de meilleurs qualités ou directement intégrés dans le tissu,…

Bande

Bien sur ce qui justifie la différence de prix entre chaque pallier (sans parler de marge) c’est aussi à cause de la communication autour de la marque/produit qui a un certain coût que ça soit dans les pubs télé (maquillage, effets,…), dans les pages de magazine ou encore les affiches dans la rue.

Au final même s’il y a probablement un vrai savoir-faire dans la couture, réalisation, qualité du produit, il n’est que peut aborder et mit en avant. On se fît juste à la réputation de la Marque avec une étiquette « Ce produit a été confectionné avec le savoir-faire [Insérer Pays] ».

En restauration, on peut très bien faire une poêlée de légume identique entre une brasserie et un restaurant gastronomique (avec les mêmes ingrédients), avec une variation de plusieurs dizaines d’euro, car sur la carte il y aura plus de précision ou alors le serveur nous donnera des détails complémentaires pour valoriser le produit avec des termes culinaires assez connus du public.

Entre un T-shirt  classique Milieu de gamme à 30€ et de l’autre au niveau au-dessus à 80€, au final qu’est ce qui pourrait justifier une différence de prix de 50€? La plupart du temps c’est du 100% coton mais aucune information additionnelle ne vient mettre en avant celui-ci? Est-ce un coton de meilleure qualité? C’est quoi du coton de meilleur qualité? D’où est-il originaire? Y’a-t-il petit truc en plus qui change tout lors de sa conception? La plupart du temps le Vendeur ne donnera pas plus d’éclaircissement à cause d’un manque d’information via ses supérieurs mais on ne peut lui en vouloir.

Passé d’une « Poêlée de légume: Carottes, Pomme de terre, Haricots verts, oignons, ails » c’est moins appétissant que « Poêlée de légume du terroir: Carottes sautés, pomme de terre dorée  et Haricots verts pochés dans son duo d’oignons ails suer aux beurres ».

Et bien en prêt à porter dans tous les niveaux de gammes passé de  » 95% cotons 5% élasthanne » à « 95% cotons 5% élasthanne », il faut croire qu’il y a aucun moyen d’enjoliver le message.

Si regarder les étiquettes ce fait de plus en plus, rien ne changes chez le entreprises à croire que même chez les clients les plus assidus en terme de plats, ils sont beaucoup plus souple dans la mode, la faute à des mots compliqués qui souvent nécessite une recherche internet?

Partie 2 ici
Publicités